Canadian Journal of Communication Vol 40 (2015)
©2015 Canadian Journal of Communication Corporation


Review

Jonathan Rouleau
Université McGill


Pour un regard-mondePour un regard-monde. Par Armand Mattelart et Michel Sénécal. Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 2011. 278 pp. ISBN : 9782760622470.


Le livre Pour un Regard-monde retrace 50 ans de la vie du chercheur, cinéaste, militant, journaliste et professeur belge Armand Mattelart (professeur retraité de l’Université Paris-8). Dans un dialogue-fleuve de 278 pages avec Michel Sénécal (professeur de sciences humaines, lettres et communications à l’Université du Québec à Montréal), Mattelart aborde, dans ce qui constitue à la fois un récit biographique et une publication savante, ses thèmes de recherche de prédilection : l’internationalisation de la communication, de l’information et de la culture à la lumière de la géopolitique et de l’histoire. Le titre de l’ouvrage, tout comme celui de La communication-monde (2007), se rapporte aux concepts d’économie-monde et de temps-monde de Fernand Braudel, des notions qui « renvoie[nt] à un schéma de relations caractérisées par l’échange inégal entre un pôle, converti en “centre du monde”, les zones périphériques et les zones intermédiaires » (p. 188). Dans le domaine de la communication, ce système conceptuel concerne le potentiel des technologies à créer et soutenir des disparités dans les échanges communicationnels. Dans une volonté de s’opposer aux techno-déterministes, les recherches de Mattelart ont d’ailleurs toujours su prendre en compte les logiques complexes de pouvoir, d’idéologies et de structures qui façonnent les technologies.

D’abord formé en droit, puis en démographie, et finalement en communication, Mattelart est d’abord et avant tout un intellectuel nomade. Il fut confronté très jeune à l’expérience de l’altérité, particulièrement lors de l’Occupation allemande en Belgique, ainsi qu’au voyage, notamment durant son implication dans les mouvements scouts. Le livre montre d’ailleurs avec détails la genèse de l’approche intellectuelle de Mattelart, approche qui est marquée par son regard étendu et holiste sur les phénomènes culturels.

Une des principales forces de la carrière du professeur retraité réside dans son désenclavement disciplinaire (sa formation pluridisciplinaire), institutionnel (il a travaillé pour plusieurs universités, journaux et ministères et institutions culturelles), linguistique (il a notamment publié en espagnol, en français et en anglais, sans compter les nombreuses traductions de ses ouvrages), ainsi que dans la diversité des aires culturelles examinées (Mattelart resta au Chili jusqu’à son expulsion après le coup d’État de 1973—il a alors 37 ans et n’a presque pas publié en français). Sur le dernier point, si les cultural studies sont fortement ancrés au Canada, aux États-Unis et en Grande-Bretagne, peu de chercheurs de ces zones géographiques opèrent un réel dialogue avec l’Amérique latine. Pourtant, Mattelart nous montre comment les études des chercheurs latino-américains devraient être examinées, car elles mettent au jour des problématique méconnues ou peu abordées par leurs collègues du Nord (par exemple, l’alphabétisation à la lecture critique des médias au Brésil, l’importance de la question médiatique dans la démocratie en Amérique latine).

Pour un regard-monde est divisé en six chapitres qui, bien que regroupés thématiquement, sont aussi organisés chronologiquement. On y apprend autant sur la carrière de Mattelart et de sa compagne de cœur et de plume Michèle Mattelart, que sur les contextes socioculturels, politiques et économiques qui ont façonné leur travail. La contribution principale de l’influent chercheur au champ de la communication est sans doute qu’il a su, très tôt, poser son regard sur l’importance de la question médiatique dans les jeux de pouvoirs qui s’opèrent dans le monde, tout en désirant « légitimer une représentation de la communication comme processus dialogique et réciproque » (p. 151). Il refuse donc un modèle linéaire et unilatéral de la communication (le modèle de la transmission) en privilégiant les spécificités nationales et la disparité dans l’accès aux nouvelles technologies, et ce, dans une optique d’une étude circulaire de la communication. Par ailleurs, si les études sur les médiations sont désormais omniprésentes en analyse culturelle, Mattelart y voit certaines limites : « Le déplacement des axes d’analyse de la communication des médias vers les médiations a eu comme contrepartie l’oubli des contextes et conditions de production des institutions médiatiques et des processus culturels » (p. 243). L’auteur n’est certainement pas le plus média-centriste des chercheurs en communication, lui qui s’est toujours intéressé aux conditions de production de la culture, à la matérialité de l’ordre culturel, ainsi qu’aux appareils idéologiques qui (pré)définissent les médias.

Si la formule de l’entretien semble d’abord attrayante pour aborder la vie de Mattelart, elle s’essouffle rapidement, car on ne retrouve que trop peu des riches pistes de réflexions de Sénécal. On aurait donc souhaité un échange basé davantage sur le dialogue, moins autobiographique, qui aurait sans aucun doute pu rythmer davantage la proposition. Quoique Mattelart pose parfois de pertinents jugements normatifs sur l’état des recherches dans divers contextes géographiques et plusieurs disciplines, il ne fait pas beaucoup mention des brèches dans les recherches actuelles dans le domaine de l’histoire, de la géopolitique et des communications. Sa riche expérience aurait pu être mise à profit pour influencer davantage les chercheurs aguerris ainsi que les futurs chercheurs.

Malgré les limitations mineures soulignées, Pour un regard-monde est un livre important sur la riche carrière d’Armand Mattelart. Il offre par ailleurs un brillant travail de synthèse du champ complexe de l’étude des médias, de la communication, et de la lecture critique des médias. 




License URL: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/
  •  Announcements
    Atom logo
    RSS2 logo
    RSS1 logo
  •  Current Issue
    Atom logo
    RSS2 logo
    RSS1 logo
  •  Thesis Abstracts
    Atom logo
    RSS2 logo
    RSS1 logo

We wish to acknowledge the financial support of the Social Sciences and Humanities Research Council for their financial support through theAid to Scholarly Journals Program.

SSHRC LOGO