Canadian Journal of Communication Vol 42 (2017) 189–194
©2017 Canadian Journal of Communication Corporation 
http://doi.org/10.22230/cjc.2017v42n2e3277   


Guest Editorial

Seniors and Technologies: Issues of Inclusion and Exclusion

Houssein Charmarkeh, Université d’Ottawa
Martine Lagacé, Université d’Ottawa


Society is facing two major challenges: the digitization of all spheres of society and an increase in lifespans (Rivière and Brugière, 2010). In the latter case, progress has been remarkable. In Canada, for instance, life expectancy at birth reached 79.3 years for men and 83.6 years for women in the 2009–2011 period (Martel, 2013). Progress has been comparable in the rest of the world with life expectancy increasing spectacularly since the 2000s (World Health Organization, 2016). On the basis of these challenges, how can we reconcile the demographic phenomenon of increased lifespans with the digitization of society? How can we ensure that digital innovations benefit everyone and especially older people?

With regard to the connections between technology and older people, commentators often succumb to two misconceptions: for some of them, seniors have little interest in digital technologies and are thus reluctant to use them; for others, the main role of such technologies should be social and medical assistance, an attitude often accompanied by an association of old age with dependency and loss of autonomy (Rivière and Brugière, 2010). In this issue of the Canadian Journal of Communication, the goal is to move beyond such misconceptions in order to highlight the vast potential in seniors’ everyday lives. This issue aims moreover to suggest new ways of considering the links between technology and seniors and to take the multiple facets of aging into account in an analysis of the uses of technology, the digital divide, and the influence of the sociocultural environment.

The originality of the research presented in this issue resides in the fact that the authors seek to explore the practices of inclusion and exclusion of older people in our networked society and they do so from various vantage points ranging from North America to Africa by way of Europe and the island of Réunion.

The article by Eszter Hargittai and Kerry Dobransky focusses on the digital divide related to internet use. Their study is based on a wealth of data gathered from 1,000 users, many of whom are in the 80- to 90-year-old range. It reveals that, among seniors, the adoption of the internet reflects societal tendencies observable in the rest of the population, with the use of digital technologies closely linked to level of education and socioeconomic status. The authors also demonstrate that, among older users, the age variable is negatively correlated with competency and that experience and autonomy are more likely to shape beliefs and perceptions on internet use.

If more and more analyses highlight the existence of inequalities when it comes to the efficient and efficacious use of network computing, few of them focus on the connections between Deafhood, aging and technology use. The article by Véro Leduc and Line Grenier bases itself on an exploration of cultural studies of aging in its intersections with technologies and Deafhood, with the aim of pursuing a line of thought inspired by a research tradition dedicated to deconstructing those attitudes about aging that perceive it as a “chronological” or “one-dimensional” life experience. The authors’ research shows how certain experiences of aging by deaf people “are inflected and informed by different forms of mediated communication at a time when options are proliferating.”

For their part, Jessica A. Gish, Amanda Grenier, Brenda Vrkljan, and Benita Van Miltenburg focus on the experiences of older people in driving vehicles equipped with advanced technologies (VATs). Their article examines how VATs reorganize older people’s personal relationships to driving, including driving habits and abilities, sensual dispositions and control modes that are considered to be integral to the practice of driving. On the basis of an empirical study of 35 people aged 60 to 85, the authors draw attention to the opportunities and challenges that VATs can present for older drivers.

As for the article by Flavie Plante, it proposes to analyze the uses and representations of information and communication technologies (ICTs) by older people, while taking into account their experiences of media and the aging process. Since aging is a complex experience, it is appropriate according to the author to examine the connection between older people and digital technologies in other ways than a consideration of age, class and gender. From her perspective as someone interested in the meanings and social contexts of use, Plante shows how older people living in Réunion are connected and involved, as much in the management of aging as in their relationship to technologies, their stance leading them to engage in diverse activities and to use media both old and new.

Jean-Jacques Bogui takes us to Ivory Coast in West Africa. He is interested in the intergenerational dynamics involved in the pedagogical perceptions and uses of ICTs at the Université Félix Houphouët-Boigny. Through field research, the author observes inequalities based on generational differences in the adoption of digital technologies for pedagogical purposes at the university, with these disparities directly affecting the success of programs to integrate technologies within the university.

As for Emmanuel Duplàa, David Kaufman, Louise Sauvé, and Lise Renaud, they show how such factors as language, education, social context, and gender influence the playing of games by older people. On the basis of a questionnaire administered to 1,208 people aged 55 years and over, the authors consider that it is socialization that motivates seniors to play games, particularly through contacts with family members and younger generations.

The study by Catherine Bouko and Laura Calabresse consists of identifying the means through which older people take part in the creation of a “geo-cultural” online community, particularly on Facebook. The two authors, through their analysis of the online activities of older people living in four cities in Belgium and France, highlight how Facebook is helping seniors to perform numerous social roles, allowing them to develop their digital identity and facilitating their online communications and interactions.

Jenna Jacobson, Chang Z. Lin, and Rhonda McEwen of the University of Toronto examine the links between age, aging, and the daily use of cellphones over a 7-year period. In their article, they consider for instance the influence of social contexts on the possession of phones, communicational practices, and technological preferences. The results of their research suggest that there exists among seniors—in spite of their ceaseless efforts at obtaining smartphones—a digital divide linked to the generation gap.

Finally, the article by Kathleen Schreurs, Anabel Quan-Haase, and Kim Martin examines how seniors aged 61 to 84 perceive their own digital competencies, the challenges they face with regard to digital literacy and the social supports available to them when they ask for help with new technologies. In this regard, the authors emphasize that such supports are important for older people so that they can gain experience in their use of technologies and improve their overall digital competency. The seniors interviewed for this study often turn to family members and friends for assistance in mastering digital technologies. Even among those seniors who have taken computing classes in local colleges or municipal libraries, there is more confidence in family support networks. The authors, thanks to their field research, have come up with an interesting model that contributes to our understanding of seniors’ needs in the area of digital literacy.

References

Martel, Laurent. (2013). Mortalité : aperçu, 2010 et 2011. Rapport sur l’état de la population du Canada. Ottawa, ON : Statistics Canada. URL : http://www.statcan.gc.ca/pub/91-209-x/2013001/article/11867-fra.htm [March 26, 2017].

Rivière, Anne-Carole, & Brugière, Amandine. (2010). Bien vieillir grâce au numérique : qualité de vie, autonomie, lien social. Limoges, France : FYP Éditions.

World Health Organization. (2016). L’espérance de vie a progressé de 5 ans depuis 2000, mais les inégalités sanitaires persistent. Geneva : WHO. URL : http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2016/health-inequalities-persist/fr/ [March 26, 2017]. 

Houssein Charmarkeh, University of Ottawa

Martine Lagacé, University of Ottawa


Les aînés et les technologies :
questions d’inclusion et d’exclusion

La société fait face à deux défis majeurs : la numérisation de l’ensemble des sphères de la société et l’allongement de la durée de la vie (Rivière et Brugière, 2010). À ce dernier chapitre, les progrès sont remarquables. Au Canada, par exemple, l’espérance de vie à la naissance a atteint 79,3 ans pour les hommes et 83,6 ans pour les femmes durant la période 2009-2011 (Martel, 2013). Dans le reste du monde, les progrès sont similaires et l’espérance de vie a augmenté de manière spectaculaire depuis les années 2000 (Organisation mondiale de la santé, 2016). À partir de ce constat, comment peut-on concilier le phénomène démographique associé à l’allongement de la vie à celui de la société numérique? Comment pourrait-on faire en sorte que les potentialités de l’innovation numérique profitent à tous et surtout aux personnes âgées?

Quand il s’agit d’aborder les liens entre les technologies et les personnes âgées, les discours souffrent souvent de deux écueils : pour certains, les aînés vouent peu d’intérêt aux technologies numériques et donc seraient réticents quant à leur utilisation; pour d’autres, la technologie devrait avoir le rôle principal d’assistance sociale et médicale, cette conception renforçant ainsi une vision de la vieillesse qui serait synonyme de dépendance et de perte d’autonomie (Rivière et Brugière, 2010). L’objectif de ce numéro de la revue Canadian Journal of Communication est justement de dépasser ces visions et il se donne pour ambition de débusquer dans la vie quotidienne des personnes âgées les vastes espaces du possible. Il s’agit également de proposer une nouvelle manière de regarder les liens entre les technologies et les personnes âgées, de prendre en compte toutes les dimensions du veillissement en misant sur une analyse des usages des technologies, des inégalités numériques et de l’influence du milieu social et culturel.

L’originalité des travaux présentés dans ce numéro réside dans le fait que les auteurs s’attachent à interroger l’enjeu d’inclusion et d’exclusion des personnes âgées dans la société connectée et ce, à partir de terrains d’enquête divers, qui vont de l’Amérique du Nord à l’Afrique, en passant par l’Europe et l’île de La Réunion.

L’article d’Eszter Hargittai et Kerry Dobransky aborde justement l’enjeu des inégalités numériques associées à l’utilisation d’internet. Leur étude, qui se base sur des données riches provenant de plus de 1 000 participants dont plusieurs sont âgés de 80 à 90 ans, révèle que chez les aînés, l’adoption d’internet reflète les tendances sociétales observées dans le reste de la population, c’est-à-dire que l’utilisation des technologies numériques est fortement liée au niveau d’éducation et au statut socioéconomique. Les auteurs démontrent également que, chez les utilisateurs plus âgés, la variable âge est négativement liée aux compétences et que c’est plutôt l’expérience et l’autonomie qui modifient les croyances et les perceptions quant à l’utilisation d’internet.

Si de plus en plus d’analyses mettent en relief l’existence d’inégalités quant à l’utilisation efficiente et efficace de l’informatique connectée, rares sont celles qui se penchent sur les connections entre le vieillissement, les usages des technologies et la sourditude. À partir d’une exploration de travaux appartenant aux approches culturelles du vieillissement dans ses intersections avec les technologies et la sourditude, l’étude de Véro Leduc et de Line Grenier ambitionne de poursuivre la réflexion entamée par une lignée de recherches qui tentent de déconstruire le vieillissement souvent considéré comme une expérience de vie « chronologique » ou « unidimensionnelle ». Ainsi, leur recherche montre comment certaines expériences du vieillissement de personnes sourdes « sont infléchies et informées par différentes formes de communications médiatisées à l’aune de la prolifération de dispositifs technologiques ».

Dans un autre registre, Jessica A. Gish, Amanda Grenier, Brenda Vrkljan, et Benita Van Miltenburg s’intéressent aux expériences par les personnes âgées de la conduite de voitures avec des technologies avancées (VTA). Leur article examine comment les VTA réorganisent les relations personnelles des personnes âgées avec la conduite, y compris les routines de conduite, les habiletés, les dispositions sensuelles et les modes de contrôle qui sont considérés comme faisant partie intégrante de la conduite. À partir d’une enquête empirique auprès de 35 participants âgés de 60 à 85 ans, les auteures attirent l’attention sur les occasions et les défis que les VTA peuvent présenter pour les conducteurs âgés.

L’article de Flavie Plante propose d’analyser les usages et représentations des personnes âgées face aux technologies de l’information et de la communication (TIC), tout en tenant compte de l’expérience médiatique et de l’expérience du vieillissement. Puisque l’expérience des individus face au vieillissement est complexe, il serait pertinent, souligne Flavie Plante, d’appréhender le rapport des personnes âgées aux technologies numériques autrement que par la prise en compte de l’âge, du genre et de la classe sociale. Adoptant une perspective qui s’intéresse aux significations d’usages et aux contextes sociaux d’usages, l’auteure montre comment une personne âgée vivant à l’île de La Réunion est connectée et engagée tant dans la gestion de la vieillesse que dans sa relation aux technologies et que cette attitude la conduit à construire de nombreuses activités et à utiliser aussi bien les anciens que les nouveaux médias.

Jean-Jacques Bogui nous emmène en Côte d’Ivoire, en Afrique de l’Ouest, et s’intéresse aux enjeux liés à l’analyse de la dynamique intergénérationnelle dans la perception et l’usage des TIC dans la pédagogie universitaire à l’Université Félix Houphouët-Boigny. En menant des enquêtes de terrain, l’auteur observe des inégalités en ce qui concerne l’adoption des technologies numériques dans la pédagogie universitaire selon les générations d’enseignants et ces disparités ont des incidences directes sur le succès des programmes d’intégration des technologies.

Emmanuel Duplàa, David Kaufman, Louise Sauvé, et Lise Renaud montrent comment les facteurs tels que la langue, l’éducation, le contexte social et le genre influencent les pratiques des jeux des personnes âgées. À partir d’un questionnaire auquel ont répondu 1 208 participants âgés de 55 ans et plus, les auteurs considèrent que c’est par la socialisation que l’aîné est amené à jouer et notamment par le contact avec la famille et avec d’autres générations.

L’étude de Catherine Bouko et Laura Calabresse consiste à identifier par quels mécanismes les personnes âgées participent à construire une communauté « géo-culturelle » en ligne et plus particulièrement dans les pages Facebook. En analysant les activités en ligne des aînés résidant dans quatre villes situées en Belgique et en France, les auteures constatent que les pages Facebook remplissent plusieurs fonctions sociales et permettent, d’une part, de renforcer l’identité numérique et, d’autre part, de faciliter la communication et les interactions en ligne.

Jenna Jacobson, Chang Z. Lin, et Rhonda McEwen de l’Université de Toronto examinent les liens entre l’âge, le vieillissement et l’utilisation au quotidien des téléphones cellulaires sur une période de 7 ans. Ce qui est considéré ici, c’est par exemple l’influence des contextes quant à la possession d’appareils, les pratiques communicatives et les préférences technologiques. Les résultats de leur recherche suggèrent qu’il existe parmi les aînés, malgré leurs efforts soutenus pour se procurer des téléphones intelligents, une fracture numérique associée à l’écart intergénérationnel.

Enfin, le texte de Kathleen Schreurs, Anabel Quan-Haase, et Kim Martin étudie le point de vue d’aînés âgés entre 61 et 84 ans quand il s’agit, par exemple, de leurs propres compétences numériques, des obstacles auxquels ils font face par rapport à l’alphabétisation numérique et du soutien social obtenu lors d’un appel à l’aide technologique. Les auteures soulignent l’importance du soutien obtenu par les aînés dans leur utilisation de la technologie pour acquérir de l’expérience et améliorer leurs compétences numériques. Les aînés interviewés dans cette étude se tournent souvent vers des membres de la famille et des amis pour les aider à s’approprier la technologie numérique. Même si certains participants prennent part à des formations en informatique, comme les cours offerts au collège ou à la bibliothèque locale, il existe une plus grande confiance dans les réseaux de soutien familial. Grâce à leur enquête de terrain, les auteures proposent un modèle intéressant qui permet de mieux saisir les besoins des aînés en matière d’alphabétisme numérique.

Références

Martel, Laurent. (2013). Mortalité : aperçu, 2010 et 2011. Rapport sur l’état de la population du Canada. Ottawa : Statistique Canada. URL : http://www.statcan.gc.ca/pub/91-209-x/2013001/article/11867-fra.htm [26 mars 2017].

Organisation mondiale de la santé. (2016). L’espérance de vie a progressé de 5 ans depuis 2000, mais les inégalités sanitaires persistent. Genève : OMS. URL :  http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2016/health-inequalities-persist/fr/ [26 mars 2017].

Rivière, Anne-Carole, & Brugière, Amandine. (2010). Bien vieillir grâce au numérique : qualité de vie, autonomie, lien social. Limoges, France : FYP Éditions.




License URL: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/
  •  Announcements
    Atom logo
    RSS2 logo
    RSS1 logo
  •  Current Issue
    Atom logo
    RSS2 logo
    RSS1 logo
  •  Thesis Abstracts
    Atom logo
    RSS2 logo
    RSS1 logo

We wish to acknowledge the financial support of the Social Sciences and Humanities Research Council for their financial support through theAid to Scholarly Journals Program.

SSHRC LOGO