Vues, mais non entendues. Les adolescentes québécoises francophones et l’hypersexualisation de la mode et des médias

Caroline Caron (carocaron@videotron.ca)
Communication Studies, Concordia University
September, 2009
 

Abstract

Au Québec, comme dans plusieurs pays occidentaux, l’adhésion à la mode sexy par des préadolescentes et des adolescentes a soulevé de vives réactions et inquiétudes depuis le tournant des années 2000. Les milieux de l’éducation, de l’intervention sociale, des politiques publiques et le mouvement féministe y ont réagi par une mobilisation contre le phénomène de sexualisation précoce des filles et d’hypersexualisation de la mode et des médias. Les perspectives des premières concernées n’ont cependant pas été véritablement prises en compte dans les discussions publiques ni dans les réformes des codes vestimentaires entreprises pour contrer le phénomène dans l’espace scolaire.

Cette thèse rompt ce silence en donnant la voix à 28 adolescentes québécoises francophones (11-18 ans) interrogées en entrevues individuelles et groupes de discussion en 2007. La « méthodologie des sensibilités », élaborée par l’auteure, s’appuie sur un cadre théorique féministe poststructuraliste et sur une documentation située à l’intersection des études culturelles et des girls’studies. Basée sur l’écoute, l’engagement et une éthique de la représentation, cette approche inductive établit des conversations avec les participantes et laisse leurs préoccupations influencer le cours de la recherche. Les propos recueillis questionnent la conceptualisation hégémonique de la problématique dans le discours public/médiatique (2000-2006) et révèlent ses effets normalisants sur la vie quotidienne des adolescentes.

L’analyse des discours médiatisés et les propos des participantes montrent que l’hypersexualisation a suscité non pas un débat, mais une controverse fortement émotive (une panique morale); que les savoirs mobilisés proviennent surtout de l’éducation et de la psychosexologie; que la controverse a accru la régulation corporelle et sexuelle à l’endroit des adolescentes; que les uniformes ne constituent pas une réponse aussi consensuelle et efficace que ne l’ont prétendu les autorités scolaires; que les styles vestimentaires ont différentes significations parmi les adolescents et que la mode sexy donne lieu à des micro-pratiques d’altérisation fondées sur le genre, la classe, la sexualité et une culture hétéronormative.

Dans l’ensemble, ces résultats soulèvent l’enjeu de la légitimité du désir et de l’expression sexuelle des adolescentes, tout en interrogeant les conditions de participation des jeunes aux institutions et à la démocratie en tant que sujets politiques sexués.
  •  Announcements
    Atom logo
    RSS2 logo
    RSS1 logo
  •  Current Issue
    Atom logo
    RSS2 logo
    RSS1 logo
  •  Thesis Abstracts
    Atom logo
    RSS2 logo
    RSS1 logo

We wish to acknowledge the financial support of the Social Sciences and Humanities Research Council for their financial support through theAid to Scholarly Journals Program.

SSHRC LOGO